1

Chloé émergea de sa sieste vers quatorze heures. Comme il pleuvait toujours, la jeune fille décida de faire le tour du propriétaire, visitant ainsi la cuisine, la salle de séjour ainsi que le jardin. Pour son plus grand malheur, les salles de bains étaient communes et leur accès se faisait via le palier. Elle parla aussi avec Rod jusqu'à ce que l'heure soit venue pour elle de se mettre en route pour les locaux de World Life. Dehors, la pluie semblait se calmer.

2

Lorsque le taxi la déposa au pied de l'immense bâtiment qui abritait les bureaux de World Life, Chloé eut le plaisir de constater que la pluie avait cessé. Les nuages commençaient même à se dissiper pour laisser entrevoir un ciel d'un joli bleu, un bleu qu'elle espérait voir plus souvent.

 3

Après avoir pris une grande inspiration, la jeune fille franchit les portes et alla se présenter à l'accueil. On la fit monter dans les étages et elle attendit patiemment qu'on l'introduise dans le bureau de son superviseur. Là, elle signa son contrat et eut droit à une visite guidée assez succincte des locaux. Il ne restait plus grand monde à la rédaction, ainsi ne put-elle pas se faire de connaissances.

4

Lorsque Chloé sortit, elle tomba nez à nez avec un homme à la coiffure particulière. Ce dernier maugréait contre le mauvais temps qui faisait un retour en force, et prit la jeune fille à parti:

«Saleté de pluie! Il fait jamais beau dans ce trou paumé. Y en a marre! Vous êtes pas d'accord vous?!

-Oh, euh..oui, si si. C'est infernal.»

5

Après s'être débarrassée de son interlocuteur préoccupé par la météo, elle se rendit compte qu'elle avait faim lorsque son estomac se mit à gargouiller bruyamment. Fort heureusement, son tuteur lui avait parlé d'un endroit qui jouxtait les locaux et où le personnel de World Life avait ses habitudes: ils s'y ruaient tous à l'heure du déjeuner et il n'était pas rare qu'ils y retournent pour un dernier verre avant de rentrer, le soir.

6

Cet endroit s'appellait le Olde Tower Pub et, aussitôt rentrée, Chloé décréta qu'elle ADORAIT ce bar.

La déco est géniale... pensait-elle en regardant tout autour tandis qu'elle s'avançait vers le comptoir. Elle avait toujours aimé ce genre de pub dans lesquels son père l'emmenait souvent, petite. Sa mère n'était évidemment pas au courant de cela.

7

Un jeune homme était de service et il la salua machinalement lorsqu'elle s'installa.

Il a l'air un peu blasé... se dit Chloé en l'observant. En effet, il allait et venait derrière le comptoir, frottant des verres qu'il venait pourtant d'essuyer et poussant de temps à autre un soupir las.

14

La jeune fille commanda du poulet frit et mangea tranquillement. Elle était visiblement la seule cliente et le silence du pub n'était brisé que par le bruit des verres que le barman manipulait. Ce dernier n'avait d'ailleurs pas jugé utile de mettre de la musique et l'ambiance s'en ressentait: un tel calme était presque dérangeant.

15

«C'était bon?»

La jeune fille sursauta lorsque le barman s'adressa à elle. Effectivement, elle avait fini son assiette quelques minutes auparavant et il vint l'en débarrasser.

«Oui, super, répondit Chloé en levant le pouce, je pourrais avoir quelque chose à boire? Quelque chose à la pomme si vous avez.»

8

«Pas de problème» avait dit le jeune homme avant de se pencher sous son bar pour y attraper elle-ne-savait-quoi. Il semblait s'être déridé et Chloé prit plaisir à le regarder préparer son cocktail.

11

«Vous maîtrisez votre sujet on dirait» lança-t-elle en souriant tandis que le barman faisant tournoyer son shaker sur le bout de son index.

«C'est l'habitude, vous savez» répondit-il avec une certaine humilité.

9

«Et maintenant...la touche finale» fit-il en enflammant une allumette. Sourcils dressés, la jeune fille observait.

10

Après avoir pris une gorgée issue d'une petite flasque posée à proximité, le barman souffla sur l'allumette et offrit à Chloé un beau spectacle en crachant des gerbes de flammes bleutées.

«Bien joué» dit-elle en faisant mine d'applaudir.

12

Au final, la boisson s'avéra délicieuse. Peut-être finirait-elle par elle aussi prendre ses aises ici. De plus, le barman semblait s'être détendu et lui offrait volontiers un sourire lorsqu'elle le regardait. Il demanda d'ailleurs si elle était nouvelle en ville. Il ne l'avait jamais vue.

13

«Je suis arrivée ce matin. Je travaille là...» répondit-elle en pointant du pouce la direction dans laquelle se trouvaient les locaux du magazine.

Ils papotèrent ainsi de tout et de rien jusqu'à ce que la jeune fille ne se lève pour se dégourdir un peu les jambes. Elle fit le tour du pub et s'arrêta, intéressée, près du babyfoot. Chloé regarda autour d'elle et, constatant qu'il n'y avait eu aucun client depuis son arrivée, elle proposa au barman de la rejoindre.

15-1

«Mais...quatre ans de fac avec option babyfoot et je me fais battre par le barman?» se plaignit-elle, à moitié sérieuse. Effectivement, ledit barman qui d'ailleurs, se prénommait Kurt, se débrouillait plutôt bien.

16

Et n'en était pas peu fier.

«YES!» s'exclama-t-il en inscrivant son troisième but. Il surveillait tout de même régulièrement l'arrivée d'éventuels clients.

17

La partie se termina sur une défaite cuisante de Chloé. Kurt, lui, triomphait avec une modestie somme toute limitée:

«OUAIS! C'est qui le patron?!»

Décidément, il n'avait plus grand chose à voir avec le barman austère de tout à l'heure.

 18

La nuit était tombée et la jeune fille fut surprise de constater qu'il était déjà plus de vingt-deux heures. Elle n'était pas spécialement fatiguée mais devait tout de même veiller à adopter un rythme sain en vue de son premier jour. Elle commençait le surlendemain, bénéficiant d'un jour de repos pour se familiariser avec la ville. Une fois que Kurt eut fini de parader, Chloé lui demanda:

«En fait tu ne fais ton chiffre que le midi avec les types de World Life, c'est ça?»

20

Il acquiesça en souriant:

«Oui, et apparemment tu vas bientôt y contribuer, à ce chiffre.

-Tu en penses quoi des gens de là-bas? Enfin, ils sont comment? Je commence après demain, c'est mon premier boulot et j'appréhende un peu tu vois. Déjà qu'ils m'ont fourrée dans un vieil hôtel planqué au fond d'un bois...» dit-elle avec un certain dépit.

19

Kurt prit le temps de réfléchir à la question avant d'y répondre:

«Hm. Ça dépend. Certains des hommes sont plutôt cool, surtout ceux qui s'occupent de la nouvelle technologie, des trucs comme ça. Mais il y en a qui sont plutôt du genre hautains tu vois. Pour les femmes, elles se sentent plus pisser sous prétexte qu'elles sont "journalistes"...»

Chloé pinça les lèvres. Cela ne présageait pas grand chose de bon mais il lui faudrait s'y faire. Et puis, les choses ne seraient peut-être pas si terribles.

21

Après avoir remercié Kurt, elle promit de revenir le surlendemain à sa pause déjeuner. Même si elle ne pourrait pas lui confier ses premières impressions sans risquer que ses collègues ne l'entendent, cela pourrait lui faire du bien de voir un visage amical. Surtout si la description que le jeune homme avait fait des employés s'avérait juste. Comme elle n'avait pas encore sommeil, la jeune fille décida de rentrer à pied jusqu'à l'hôtel.

22

Chloé regardait autour d'elle, notant la présence ici ou là d'un commerce spécifique, d'un restaurant, d'un cinéma. Les rues étaient aussi calmes que ce matin, à son arrivée. Wellspring n'était visiblement pas une ville festive. À cette heure-ci, le campus de Bridgeport grouillaient d'étudiants excités voire alcoolisés. Cette tranquillité n'était donc pas pour lui déplaire.

23

Il était plus de minuit lorsqu'elle s'engouffra dans l'épais bois qui encerclait l'hôtel. Cela ne lui disait rien qui vaille.

C'est carrément le genre de décor qu'on trouve dans les films d'horreur...genre Massacre à la tronçonneuse... pensa-t-elle en regardant de tous les côtés. Parfois, un craquement la faisait sursauter mais il ne devait s'agir que d'un animal. En cas de doute, Chloé éclairait la route avec l'outil lampe-torche de son téléphone.

24

Elle regagna son hôtel tant bien que mal, et surtout avec plus de peur que de mal. En effet, un chevreuil lui avait fait une peur monstre en bondissant d'un fourré pour traverser la route, juste devant elle. À présent, elle n'avait qu'une seule envie: se coucher.

25

Après avoir constaté avec plaisir qu'elle n'aurait pas à partager sa chambre ce soir, Chloé se mit en pyjama et se glissa sous la couverture. Elle était rêche, grattait un peu, mais elle ne s'attendait pas à mieux étant donner l'endroit.

26

J'espère que tout va bien se passer...et si ils ne m'aiment pas? Mais si ce sont tous des cons? songea-t-elle, une fois bien installée dans son lit. La jeune fille fixa ainsi le plafond pendant une dizaine de minutes, se posant mille et une questions pour lesquelles elles n'eut aucune réponse.

27

Et puis, la fatigue l'emporta. Elle l'emporta dans un royaume à la fois étonnement lointain et familièrement proche car c'était un royaume sur lequel elle régnait toutes les nuits depuis bientôt vingt-deux ans. Le royaume des rêves, où tout était possible.

 

Fin de l'épisode 1.02

separatorwhite