1

C'est de bon matin que nous retrouvons Chloé entrain de finir de se préparer pour sa première journée. La nuit avait été courte et parsemée de plusieurs réveils en sursaut, elle qui craignait inconsciemment que son téléphone ne sonne pas et qu'elle arrive donc en retard au travail.

2

La jeune fille avait fait simple pour son premier jour. Vêtue d'une tenue décontractée, elle n'avait pas fait d'effort particulier si ce n'était un peu de rose sur les joues pour lui donner bon teint.

3

C'est donc relativement pimpante qu'elle quitta l'hôtel après avoir salué Rod, fidèle au poste, pour regagner la route où l'attendait une voiture.

4

L'entreprise lui payait le taxi tant qu'elle résiderait aussi loin et cela l'arrangeait beaucoup. Autant garder son argent pour trouver de quoi se loger plus tard. Aussi étrange que cela pouvait paraître, elle commençait à se sentir bien à l'hôtel et n'envisageait plus les deux mois là-bas comme un calvaire.

separatorwhite5

Dix-huit heures...elle sortit éreintée des bureaux de World Life. Pour une première journée ils ne lui avaient pas fait de cadeau. Chloé avait même du renoncer à sa pause complète pour déjeuner et se contenter d'un sandwiche caoutchouteux au distributeur.

6

J'ai l'impression d'être une stagiaire...j'ai pas signé pour ça, moi...pensa-t-elle amèrement en envisageant de passer par le Olde Tower Pub avant de rentrer. Après tout, elle avait promit à Kurt d'y venir déjeuner et n'avait pas pu.

7

À peine avait-elle opté pour le oui que son téléphone vibra. Elle crut d'abord que c'était un appel entrant mais il ne s'agissait en fait que d'une notification pour lui indiquer un nouveau message vocal. Intriguée, elle écouta, et ses traits fatigués s'affaissèrent un peu plus encore...

8

Un verre...j'ai besoin d'un verre...se dit la jeune fille en poussant les portes du bar tout à côté. Fort heureusement pour elle, l'endroit était désert. Ses collègues avaient renoncé à la dernière bière avant de rentrer et grand bien lui en faisait, elle pourrait donc parler librement à Kurt de sa première journée.

9

«Hey!» fit d'ailleurs ce dernier lorsqu'il l'aperçut. Le visage si habituellement fermé du jeune homme se détendit un peu et il posa le verre qu'il était entrain d'essuyer. Chloé afficha une moue sans répondre, se contentant de s'installer au comptoir.

10

«Ah...ça a pas l'air d'aller. Sur les rotules hein? Ça m'étonne pas.

-Vraiment? Tous les premiers jours sont aussi difficiles pour tout le monde?

-Pour tout le monde, je sais pas. Mais vu ce qu'ils racontaient ce midi pendant qu'ils mangeaient...ils s'en sont donné à cœur joie.» répondit Kurt.

11

La jeune fille dressa les sourcils et poussa un soupir dépité, détournant le regard pour observer d'un œil morne, la décoration qui d'ordinaire lui plaisait tant. Aujourd'hui, elle en était presque indifférente.

«Aller...un petit remontant» décréta le barman en se mettant aussitôt à la tâche sans attendre de réponse.

12

«Qu'est-ce que tu me fais de beau?» se décida à demander Chloé. Le brun s'était emparé d'une sorte de bonbonne peu engageante.

«Tu verras. Mais il manque la...

-Touche finale.» terminèrent-ils tout deux de concert. Ils sourirent.

13

Il déposa devant elle un cocktail plutôt...explosif. Il était étonnement sucré et si léger que la jeune fille dut s'y reprendre à plusieurs fois et bien se concentrer pour discerner la pointe d'alcool.

14

«Je l'ai appelé la Manivelle. Tu sais, par rapport au mécanisme des automates qu'on remonte quand ils sont à plat.

-Je vois très bien...» répondit Chloé en observant le contenu du verre, l'air blasé.

15

Si ça se trouve ce n'était qu'une sorte de bizutage...se disait la blonde en fixant un point invisible.

16

C'était quand même super pénible...

Kurt remarqua la mine basse de la jeune fille et pina les lèvres, l'air compatissant.

17

«Tu veux en parler? C'était si atroce?

-Atroce? Peut-être pas, mais pas loin en tout cas! Si tu savais à quoi j'ai été cantonnée toute la journée!» s'exclama-t-elle en tapant du poing sur le comptoir.

18

«Olah, va pas me casser les meubles. Tiens, on a qu'à aller s'installer» fit Kurt, vaguement amusé malgré lui par l'humeur de la jeune fille.

19

Il désigna du menton un petit espace garni de banquettes où les clients pouvaient s'asseoir tranquillement pour papoter. Chloé accepta et tout deux allèrent s'installer.

20

«Alors?» demanda-t-il. La blonde réfléchit un court instant, retenant un soupir, avant de se lancer:

«Ils m'ont cantonnée à des tâches idiotes. Du style parcourir les sites de buzz américains pour leur pomper des actualités insolites. Et toute la matinée. J'ai même du faire une croix à ma pause midi.

-J'ai remarqué oui» acquiesça Kurt.

21

«Quand ils sont venus me débaucher sur le campus, je pensais que c'était une opportunité rêvée. Je me suis toujours intéressée aux conflits territoriaux, aux renversements des régimes totalitaires, au droit des femmes dans les différentes sociétés. Je pensais que ce poste me donnerait l'occasion de voyager, d'aller à la rencontre de ces différents protagonistes anonymes qui pourtant font l'Histoire. Mais non. Au lieu de ça j'ai passé cinq heures à rédiger un article sur un chien qui a appris à faire du kitesurf» monologua-t-elle.

22

«Alors c'est ça ton truc? Aller sur le terrain?

-Ce serait extraordinaire. Tu sais, mes parents n'avaient pas tellement les moyens de nous faire voyager. Nous sommes partis une fois en Chine et ça a été une expérience vraiment enrichissante, surtout depuis que la culture de l'enfant unique n'est plus d'actualité...» répondit Chloé, visiblement contente à l'idée d'exprimer ce qui lui tenait à cœur.

23

Le jeune homme l'écoutait avec attention, la coupant parfois pour poser des questions et la blonde se sentait bien, à l'aise, en compagnie de quelqu'un qui semblait sincèrement intéressé par ce qu'elle avait à raconter.

24

«Et toi, c'est quoi ton truc? Le bar?» finit-elle par lui demander. Kurt ferma les yeux et sourit légèrement, secouant la tête à la négative.

25

«Non. Tu sais, le bar au début ce n'était qu'un extra en parallèle de mes études. Histoire de me faire un peu d'argent, tu vois? Mais au final ça ne me plaît pas plus que ça, comme les études d'ailleurs. J'ai fini par laisser tomber le lycée un mois avant d'être diplômé et j'ai pris ce poste à temps plein.»

Il hésita un instant et poursuivit:

«Moi, ce qui me botte, c'est l'art. La peinture, la sculpture...ce genre de truc quoi.»

25-2

«La...sculpture..?» demanda Chloé, dubitative. Elle ne s'attendait clairement pas à ça, surtout venant d'un grand gaillard comme lui. Non pas qu'elle pense que les barman soient des écervelés qui n'avaient trouvé que ce job pour survivre, loin de là. Seulement...disons qu'elle était surprise.

«Mh-hm, quand j'ai le temps, je sculpte» fit simplement le jeune homme en hochant la tête. Il s'attendait à cette réaction.

26

Elle se reprit: «Oh bah. Mettons qu'un jour, miraculeusement, j'évolue...je pense que je me fendrai bien d'un petit papier sur tes futures créations! Et on fera 50/50 sur les bénéfices, ça marche?

- Ok, tope la.»

27

Les deux désormais amis restèrent encore quelques temps à discuter de tout et de rien et finirent par se dire au revoir tandis qu'une vague de clients entraient, bien décidés à prendre le bar d'assaut.

«Aller, courage, ça va aller. Passe quand tu veux» dit Kurt, le pouce levé. Chloé lui répondit qu'elle n'y manquerait pas.

28

C'est ainsi que s'acheva la premier journée de travail de mademoiselle Mortimer. Elle était déçue et son appréhension ne faisait qu'augmenter. Heureusement qu'elle pouvait compter sur l'oreille bienveillante d'un ami.

 

Fin de l'épisode 1.04

separatorwhite